Pas assez de protection contre les loyers impayés
  • Accueil
  • Actualités
  • Loyers impayés : propriétaires et locataires ne se protègent pas assez

Actualités

Loyers impayés : propriétaires et locataires ne se protègent pas assez

L’Agence nationale pour l’information sur le logement s’inquiète de la hausse du phénomène de loyers impayés, redoutant une nouvelle ascension avec l’inflation de 2022.

Partager


Dans son rapport d’activité 2021 publié le 23 juin dernier, l’Anil (Agence nationale pour l’information sur le logement) met l’accent sur un risque qui atteint durement les propriétaires comme les locataires qui le subissent : les loyers impayés. En effet, si le champs de « l’accès et le maintien dans l’habitation » est celui qui a comptabilisé le plus de consultations auprès de l’organisme l’an passé (71 034 contre 68 252 en 2020), le domaine des « impayés et des expulsions » arrive en seconde position avec 52 237 sollicitations. Parmi elles, 23 % provenaient des bailleurs, le reste émanait des locataires.

Inquiétudes pour 2022 avec la montée de l’inflation

Dans son étude, l’organisation de service publique émet quelques préoccupations, constatant une augmentation de la précarité chez les locataires témoignant de difficultés à assumer mensuellement leurs loyers. Ils étaient, en 2021, 26 % à recevoir les minimas sociaux contre 22 % en 2020. L’année 2022, telle qu’elle a commencé accompagnée de conditions économiques et sanitaires compliquées (montée exponentielle de l’inflation, persistance de la pandémie de la Covid-19, …) ne laisse guère présager de notable amélioration pour les foyers déjà en souffrance financière.

Les propriétaires supportant ces manques ne sont, également, pas sans peine. La grande majorité ayant acquis par l’emprunt immobilier leurs logements mis en location, ils doivent endosser sur leurs propres deniers le remboursement de leur crédit qui, lui, ne peut s’interrompre à loisir. Seuls les plus avisés qui se sont pourvus d’une assurance « Garantie des loyers impayés » peuvent espérer glaner la prise en charge des traites (loyers, charges, …) non honorées par leurs occupants. Dans son rapport, l’Anil précise que 17 % des bailleurs perçoivent aussi les minimas sociaux. En outre, parmi tous les propriétaires concernés, un tiers sont des seniors de plus de 60 ans ayant nécessité de percevoir ces loyers pour grossir leur faible pension de retraite.

Des mesures mises en place

Afin de lutter plus efficacement contre la hausse de ce phénomène de fragilisation locative, l’Anil a réalisé une campagne de diffusion massive de son numéro de conseil et d’assistance « SOS loyers impayés » par le biais d’affiches et de flyers. Elle a par ailleurs, avec le concours du ministère du Logement, rédigé en début d’année un guide dédié aux aides en cas d’impayés de loyers.

Enfin, l’agence nationale rappelle que des solutions de prévention peuvent exister. Par exemple, la garantie « Visale » lorsqu’un bailleur loue à un jeune âgé de 18 ans à 30 ans, et percevant moins de 1 500€ de ressources par mois. Totalement gratuite, elle indemnise jusqu’à 1 300 € de loyers impayés en régions et 1 500 € en Ile-de-France.

À lire également sur la location immobilière

Partager



Emilie Gardes

Rédactrice web

Parcours d'achat immobilier, négociation, gestion locative, syndic, emprunt, santé des marchés, ... Pour vous, j'aborde sur SGL toutes les actualités qui animent le secteur et désembrume, par le biais de pages froides et de FAQ, toutes les zones qui restent encore nébuleuses pour vous.

Découvrir cet auteur

Nos agences immobilières

SGL AIX EN PROVENCE MARSEILLE

SGL BORDEAUX

SGL LILLE

SGL LYON

SGL PARIS

SGL TOULOUSE

SGL BIARRITZ

SGL CAEN

SGL CHAMBERY

SGL CLERMONT-FERRAND

SGL DIJON

SGL METZ

SGL MONTPELLIER

SGL NANTES

SGL NICE

SGL ORLEANS

SGL REIMS

SGL RENNES

SGL ROUEN

SGL STRASBOURG

SGL TOURS

SGL VANNES