Quels sont les 7 critères pour choisir un syndic de copropriété ? - SGL

Quels sont les 7 critères pour choisir un syndic de copropriété ?

Tarifs, moyens de communication, disponibilité ou encore caractéristiques, les critères de sélection sont nombreux pour choisir un syndic. Etape importante dans la vie d’une copropriété, découvrez comment organiser votre changement de gestionnaire une fois le meilleure syndic sélectionné.

1/ Suivre scrupuleusement les étapes pour changer de syndic

La grande majorité des copropriétaires n’est pas satisfaite de son syndic et souhaite en changer.

Demande de mise à l’ordre du jour de la résolution de changement de syndic, choix du type de syndic, mise en concurrence des différents gestionnaires de copropriété, vote majoritaire de l’assemblée générale, changer de syndic s’anticipe et demande une préparation sur plusieurs semaines avant d’aboutir. Les copropriétaires devront également choisir la durée du mandat de leur nouveau syndic (entre 1 et 3 ans), lequel pourra être renouvelé ou révoqué avant sa date de fin par décision de l’AG en majorité absolue.

2/ Définir les besoins

Chaque copropriété a ses propres caractéristiques et ses besoins. Selon la taille, l’emplacement et le nombre de copropriétaires qu’elles contiennent, toutes les résidences n’ont pas les mêmes attentes en matière de gestion de copropriété. C’est pourquoi avant de choisir un syndic pour son immeuble, il est important de se mettre d’accord avec l’ensemble des copropriétaires sur les missions et les tarifs du syndic.

Une petite copropriété de 4 lots dans une ville à taille humaine et une résidence de 400 copropriétaires dans une grande métropole n’auront pas les mêmes besoins de gestion. Le conseil syndical et les copropriétaires ont tout intérêt à se réunir ou à échanger par mail pour mettre à plat les exigences des uns et des autres en matière de syndic et les réelles nécessités correspondant à leur vie de copropriété. La communication, les caractéristiques du syndic, ses honoraires, ses déplacements : n’hésitez pas à lister sous forme de tableau les points forts d’un syndic, attendus par votre copropriété. 

3/ Choisir entre syndic professionnel ou bénévole

La plus grande question à se poser dans un premier temps quand on souhaite changer de syndic, c’est celle du choix entre le syndic professionnel et le syndic bénévole. Comme leurs noms les sous-entendent, l’un sera rémunéré et l’autre pas.

La plus grande différence entre les deux réside dans l’implication des copropriétaires dans la gestion de leur résidence. Le syndic professionnel se chargera de l’intégralité des missions administratives, comptables, organisation des AG, etc… Le syndic bénévole, quant à lui, est généralement un copropriétaire choisi et élu en AG pour gérer la copropriété en tant que syndic.

Une autre forme de syndic peut être privilégiée, c’est le syndic coopératif. Imaginé sous forme de gestion collégiale, le syndic coopératif mobilise plusieurs copropriétaires en leur qualité de conseillers syndicaux pour prendre en charge les différentes tâches du syndic. 

4/ Trouver des syndics répondant aux critères

Une fois les besoins établis, il va falloir chercher un syndic de confiance et analyser les propositions qui sont faites sur le marché. Des grands groupes, en passant par les petites entreprises locales, de nombreux syndics sont disponibles en France. Reste à savoir vers qui se tourner.

En ayant priorisé vos attentes pour la gestion de votre copropriété, vous aurez une vision claire des recherches à effectuer pour trouver le meilleur syndic qui vous corresponde. En effectuant ces recherches sur Internet, prenez le temps de comparer les différents éléments mis en avant sur les sites des syndics.

Parmi les critères importants pour choisir un syndic, vérifiez leurs outils de communication. Un syndic mettant en avant une plateforme digitale partagée avec ses clients pour le transfert de documents numérisés, fait preuve de méthodes contemporaines et efficaces en matière de communication. Un plus qui facilite la vie des copropriétaires au quotidien et évite les attentes interminables pour obtenir un document relatif à la copropriété. 

5/ Mettre en concurrence les propositions

À chaque fin de mandat (1 an ou 3 ans selon le contrat), la copropriété doit mettre en concurrence plusieurs syndics qu’elle souhaite changer ou conserver son prestataire de gestion en place. Cette pratique obligatoire, permet aux syndics actuellement en fonction de se remettre en question sur leurs tarifs et leurs services. C’est également un moyen de clarifier les offres des différents gestonnaires de copropriété et d’ouvrir les négociations afin d’obtenir le meilleur rapport/qualité prix pour un syndic. Les syndics sélectionnés feront probablement l’effort de baisser leurs tarifs s’ils souhaitent décrocher le contrat de gestion pour lequel ils ont été sollicités.

6/ Écouter les retours d’expérience sur les différents syndic

Pour affiner ses recherches de syndic et mettre toutes les chances de son côté afin de choisir les bons interlocuteurs, l’expérience client demeure une pratique largement utilisée. Les avis en ligne sur les syndics permettent de se faire une idée sur la fiabilité des professionnels répertoriés dans Google. Le bouche à oreille et les recommandations sont de véritables valeurs sûres pour trouver un professionnel de confiance, quel qu’il soit. Vérifiez les différents commentaires et le nombre d’étoiles que comporte chaque syndic sélectionné pour la mise en concurrence en assemblée générale.

7/ Vérifier les honoraires et les “frais cachés”

Le prix d’un syndic correspond aux honoraires de tenue de gestion de la copropriété, facturés tous les ans à chaque copropriétaire, selon le nombre de lots qu’il détient. Ils englobent toutes les tâches de tenue de compte, de préparation et de tenue des AG et toutes les prestations définies par l’article 18 de la loi de 1965. Les honoraires des syndics sont variables, d’un établissement à un autre.

Toutefois, certaines missions peuvent être facturées en supplément. Les frais cachés des syndics correspondent aux actions non encadrées par la loi, comme la facturation de frais pour les AG se déroulant après 19 h, la mise en place d’AG extraordinaires, les demandes d’états datés (ne pouvant dépasser 380 € depuis 2020) et d’autres actions jugées comme des dépassements d’honoraires par le syndic. Avant de vous engager auprès d’un gestionnaire de copropriété, vérifiez les tarifs pratiqués par les syndics pour ce genre de frais annexes.

Tout savoir sur changer de syndic de copropriété

Nos agences immobilières

SGL AIX EN PROVENCE MARSEILLE

SGL BORDEAUX

SGL LILLE

SGL LYON

SGL PARIS

SGL TOULOUSE

SGL BIARRITZ

SGL CAEN

SGL CHAMBERY

SGL CLERMONT-FERRAND

SGL DIJON

SGL METZ

SGL MONTPELLIER

SGL NANTES

SGL ORLEANS

SGL REIMS

SGL RENNES

SGL ROUEN

SGL STRASBOURG

SGL TOURS

SGL VANNES