Baisse de l'immobilier : Paris pourrait bien passer sous la barre des 10 000€ du m² - SGL
  • Accueil
  • Actualités
  • Baisse de l’immobilier : Paris pourrait bien passer sous la barre des 10 000€ du m²

Vendre son bien

Baisse de l’immobilier : Paris pourrait bien passer sous la barre des 10 000 € du m²

Et si l’immobilier parisien perdait vraiment de la vitesse après plusieurs années d’une course effrénée des prix immobiliers ? C’est ce qu’affirme le géant du secteur Century 21, pour qui, le prix au m² à Paris serait désormais à 9 758 €. Une annonce qui fait grand bruit dans le paysage immobilier francilien et qui divise.

Partager


Quelles sont les prévisions les plus pessimistes ?

Ce mercredi 12 octobre, Century 21, acteur incontournable du paysage immobilier, a lancé un pavé dans la mare suite à son annonce, dans laquelle la firme indique que l’immobilier parisien a chuté à 9 758 € du m². Une baisse du prix de l’immobilier affichée à -5,7 %, loin des 10 678 € du m² constatés en septembre 2021.

Selon les chiffres du géant immobilier, à cette décélération s’ajoutent des délais de vente rallongés à 96 jours, contre 86 en moyenne, une tendance inédite depuis 15 ans pour Century 21. L’âge d’or de l’immobilier semble donc s’éloigner, laissant derrière lui la prévision ambitieuse d’atteindre la barre symbolique des 11 000 € du m² pour l’immobilier francilien. La baisse du pouvoir d’achat et la hausse des taux, sur fond d’incertitudes économiques, indique que l’avenir n’est pas au beau fixe pour les acheteurs, dont le comportement semble dicté par la prudence.

Des confrères du réseau Century 21, Orpi, avaient toutefois précédé l’annonce d’une baisse du marché immobilier à Paris, lors de son bilan de 3e trimestre, avec un prix de l’immobilier parisien ayant dégringolé à 9 615 € du m². Le constat demeure le même, une fragilité du secteur démontrée par un nombre décroissant d’acquéreurs, face à des vendeurs toujours présents sur le marché, selon le président d’Orpi, Guillaume Martinaud. Le caractère inquiétant de la situation immobilière en France est encore peu communiqué, et selon Henry Buzy-Cazaux (président de l’Institut de management des services immobiliers), la conjoncture est « grave sur le front du financement ». Les difficultés à l’accession immobilière suite au grand nombre de refus de financements, contraignent de nombreux primo-accédants à renoncer à leur projet, plongeant l’écosystème immobilier dans un étau, qui pénalise à la fois la profession, les vendeurs et les acheteurs. 

Pourquoi certains contredisent les chiffres annoncés ?

Force est de constater que ce bilan quelque peu morose n’est pas au goût de tout le monde, à commencer par les notaires qui montent au créneau pour s’opposer aux annonces faites par Century 21. Thierry Delesalle, président de la commission des statistiques immobilières et notaire à Paris, jugeait que le réseau immobilier avait « tout faux sur ces chiffres-là », estimant un prix de l’immobilier parisien à 10 600 du m² pour fin 2022. Site référent dans le métier, Meilleurs Agents s’est également exprimé sur le sujet, abondant dans le sens des notaires. Selon eux, baisse il y aura, mais pas dans l’immédiat, avec comme chiffre prévisionnel une baisse de 3 % sur l’année. En septembre dernier, les données de Meilleurs Agents affichaient une baisse timide de 0,1 % et un volume de vente à hauteur de 60 % concernant les biens à 10 000 € du m², encore à ce jour.

UBS, la banque suisse, démontre que la conjoncture tient encore la colonne vertébrale de l’immobilier. Dans une étude récente, elle nous informe que l’immobilier profitait encore d’une augmentation de 10 % dans plus de 25 agglomérations de l’hexagone l’an dernier. Toutefois, le géant bancaire reste prudent et n’écarte pas un changement de situation dans les mois à venir, induit par l’inflation, ainsi que la montée des taux. 

D’où vient ce décalage ?

Deux niveaux de temporalité s’opposent entre les notaires et les agents immobiliers, pouvant expliquer l’écart des chiffres annoncés par les protagonistes du métier. Guillaume Martinaud, président d’Orpi, s’étend sur la question en expliquant cette divergence comme suit : « En agence immobilière, il est possible de signer un compromis de vente très rapidement, alors que chez le notaire, il n’est pas rare d’attendre 2 à 3 semaines, souligne-t-il. Lorsque le marché est en train de se retourner, la fraîcheur des données peuvent faire une grande différence.». De plus, le réseau Century 21 omet d’appuyer ses statistiques sur des données plus précises, comme le nombre de ventes concernées et reste évasif sur le sujet, contrairement à l’agence Orpi qui parle d’un volume de 60 % des ventes pour démontrer sa contre argumentation d’un prix parisien au m² encore à 10 000 €. 

Partager



Elodie Fuentes

Rédactrice web spécialisée dans l'immobilier

Les yeux rivés sur l'actualité immobilière, je partage avec vous les temps forts du secteur, par le biais d'articles d'actualité sur le site SGL. Tendances du marché immobilier, dernières lois en vigueur, progression des taux, j'ai à cœur de mettre en lumière l'évolution d'un paysage en constante mutation. D'articles en articles, je vous donne rendez-vous au fil de l'actualité.

Découvrir cet auteur

Nos agences immobilières

SGL AIX EN PROVENCE MARSEILLE

SGL BORDEAUX

SGL LILLE

SGL LYON

SGL PARIS

SGL TOULOUSE

SGL BIARRITZ

SGL CAEN

SGL CHAMBERY

SGL CLERMONT-FERRAND

SGL DIJON

SGL METZ

SGL MONTPELLIER

SGL NANTES

SGL ORLEANS

SGL REIMS

SGL RENNES

SGL ROUEN

SGL STRASBOURG

SGL TOURS

SGL VANNES